L’expertise universitaire, l’exigence journalistique

La guerre des fourmis

Courrier des lecteurs | À propos | English

Parmi les 12 000 espèces de fourmis recensées à ce jour, certaines intéressent tout particulièrement les chercheurs. Ces fourmis dites « envahissantes » battent tous les records mais surtout elles représentent un grand danger pour les écosystèmes et pour l’Homme. Chaque semaine un épisode de bande dessinée vous propose de partir à la découverte de ces petites bêtes fascinantes et dangereuses.

Franck Courchamp
Directeur de recherche à l’Université Paris-Sud et au CNRS, vulgarisateur scientifique

Mathieu Ughetti
Illustrateur, vulgarisateur scientifique

épisode 1

épisode 2

épisode 3

épisode 4

épisode 5

épisode 6

La guerre des fourmis - épisode 6

épisode 6

Mais comment s’appelle Lasius neglectus ?

Si une espèce est définie par son nom latin, on trouve parfois plusieurs noms vernaculaires avant que l’un d’eux ne l’emporte. Pour Lasius neglectus, on a pu lire à plusieurs reprises dans la presse “fourmi Aztèque” pour son côté conquérante. Pourtant ce nom est trompeur car elle ne vient pas d’Amérique du Sud, mais de Turquie, aux environs de la mer Noire. D’autres entomologistes lui préfèrent l’appellation de “fourmi envahissante des jardins”, bien que cela soit moins intimidant…

La fuite en vidéo
La feinte en vidéo
Petite mais costaud !

Chez les fourmis, ce ne sont pas forcement les plus grandes qui sont les plus fortes. Cette vidéo en fait la parfaite démonstration !

Secourisme

Chez certaines espèces les blessés sont ramenés au nid. Leurs plaies sont alors enduites de salive antiseptique. Ces soins rudimentaires permettent de sauver jusqu’à 80% des blessés. Les cas les plus graves, par contre, ne sont pas secourus. En réalité, c’est le blessé qui prend la décision. S’il n’est pas trop amoché, il se recroqueville et laisse les secouristes le prendre dans leurs mandibules. Sinon il s’y oppose.

Des radeaux de fourmis

Lorsqu’une inondation survient, la fourmi de feu utilise son intelligence collective pour lutter contre la noyade en s’agglutinant les unes aux autres à une vitesse record. Des centaines de milliers d’individus forment en quelques minutes une masse qui, grâce à sa légèreté et son étendue, flottera sur l’eau pendant des semaines si nécessaire. Capturant une bulle d’air dans leur cou, les fourmis du dessous peuvent tenir assez longtemps, et échangent de place avec celles du dessus lorsqu’elles ont besoin de renouveler leur mini bouteille de plongée.


Merci à tous de
nous avoir suivis !